Weblocal.ca

Search

business name, category, key word, etc.
Locations region, city or postal code for better results
No recent locations
Find local businesses, rate your experiences, and share with the community
Love It Hate It
1 1
popup tail
2.5 stars 3 reviews

J M Vallières

6245 Boul Monk
Montreal, QC  H4E 3H8

(514) 768-1124

Get Directions
Start from:

What the community has to say about J M Vallières

Add Photo or Video
User Photos & Videos
Add your review
Reviews [2]
French
2.5 star rating
Rappafoin January 01, 2009, (Edited October 17, 2009)
Menteur comme un marchand de tapis?

Si vous visitez cette page, il est fort probable que vous voulez vous en savoir plus sur le commerce de décoration intérieure et accessoire J. M. Vallières, situé sur le boulevard Monk à Montréal. Dans ce cas, lisez attentivement ce qui suit, car cela vous évitera bien des soucis ou même, comme dans mon cas, de vivre un véritable cauchemar en choisissant ce commerce.

Tout a commencé au début mars 2003, quand moi et ma famille avons trouvé un nouveau logement. C'est un grand logement avec deux de ces pièces qui avaient des tapis. Sauf que ces tapis étaient vieux, laids et même que l'un d'eux était gravement endommagé par des jeunes qui utilisaient la chambre. Pas le choix : il faut acheter et installer des tapis neufs. Nous avons d'abord pensé à prendre les services de Home Dépot, mais j'ai convaincu tout le monde d'aller plutôt chez J. M. Vallières parce que c'est très près du nouveau logement, c'était un commerce spécialisé et de plus on voulait bien encourager un commerce local. Une décision que je regrette amèrement aujourd'hui.

Donc, fin mars et fin avril, toute la famille se rend chez J. M. Vallières pour choisir nos tapis et faire notre choix. À notre première visite, M. Alepins était absent, mais la personne présente a quand même pris des notes sur nos choix. La deuxième fois, M. Alepins était présent et nous avons confirmé nos choix ainsi qu'une date où il pourra se rendre dans le logement pour prendre des mesures. Nous avons bien spécifié à ce moment que tout devait être terminé avant le 15 juin, date du déménagement. Nous l'avons vu le noter dans son ordinateur.

Le 3 juin, c'est Guy Alepins en personne qui est venu prendre des mesures. Nous étions deux à l'accueillir : ma vieille mère et moi. Sois dit en pensant, ma mère habite avec nous et l'un des tapis était pour sa chambre; en plus, elle s'y connaît en décoration intérieure, cela fait que c'est surtout à elle que M. Alepins s'adressait.
Mais c'est là que les signes de problèmes éventuels ont commencé à paraître. Pour commencer, il a pris des mesures de façon plutôt relâchées, en mesurant presque en diagonale et en ne se souciant pas vraiment que le bout du ruban à mesurer soit sur les murs. Puis, il nous a affirmé que le tapis dans le garde-robe doit être enlevé puisque de toute façon, le prix sera le même pour le poser à l'intérieur (j'ai plus tard appris que c'était faux). J'ai aussi remarqué que M. Alepins prenait note des mesures sur plusieurs bouts de papiers, ce qui montre un manque d'organisation. Enfin, avant de quitter, nous avons eu droit à une un bon quart d'heure, pardonnez l'expression, de « tétage » en règle, comme « Votre logement est donc ben beau, madame! », « ça, c'est de la bonne moulure bien vernie, madame! » et « Ta chambre sera vraiment bien, mon gars! » tout en regardant partout dans le logement vide. Ça finissait par nous rendre mal à l'aise. Par mon expérience, je sais que ceux qui se livrent à cette séance de compliments veulent surtout nous mettre dans leur poche et nous manipuler à leur guise. Mais, c'est Guy Alepins, c'est J. M. Vallières et il a une bonne réputation dans le quartier, donc on n'a pas à s'en faire avec ces détails, non? Avant de nous quitter, M. Alepins nous a demandé de confirmer que la pose des tapis pourra se faire « autour du 10 juin ». Nous avions tous convenu que ce serait acceptable le 13 juin, ce qu'il semble avoir noté après nous avoir demandé de laisser 400 $ comme acompte au magasin. Après nous avoir quittés, on s'est rendu compte qu'il ne nous a rien donné sur écrit; pas de copie d'estimation, pas de papier, rien qui indique une date. On aurait dû s'en méfier.

Le 12 juin, toute notre famille a travaillé comme des fous à préparer les deux pièces, la plus dure étant de retirer les vieux tapis, car on voulait économiser en les enlevant nous-mêmes. Inutile de dire que pendant ce temps, nous n'étions pas chez nous à empaqueter les boîtes pour le déménagement. Mais ça devait en vouloir la peine. Sauf que M. Alepins a en décidé autrement.

Vendredi, le 13 juin fut le jour de la livraison tant attendue. Ma mère est restée toute la journée dans le logement, à attendre l'arrivée des tapis, sauf qu'ils ne sont jamais venus. À la fin de la journée, elle a finalement appelé M. Alepins pour lui demander ce qui se passe. Eh bien, imaginez que ce cher M. Alepins nous jure dur comme fer que nous avions dit d'installer les tapis le 16 juin!!! Le lendemain du déménagement!! Elle a beau expliquer que c'était impossible et faux, rien à faire. Il a sorti toutes les excuses possibles, imaginables et farfelues pour nous rendre responsables de son erreur. Il est même allé jusqu'à dire que les déménageurs ne déménagent pas le dimanche!!! (Et le contrat avec le Clan Panneton pour le dimanche 15 juin, qu'est-ce que c'est?). Et croyez-le ou non, il a aussi rendu comme responsable des problèmes la fameuse malchance du « vendredi 13 » et la pleine lune!! Non, non, je n'exagère pas, sinon je ne n'aurais pas pris le risque de l'écrire içi!

Les reproches et excuses ont continué de pleuvoir quand, excédé, ma mère a dû lui couper la parole plusieurs fois en insistant de corriger la situation. Finalement, après un moment de silence, M. Alepins a promis que les tapis seront installés le 17 juin et que 2 hommes expérimentés viendront pour déplacer les meubles et les boîtes. Pour finir, il a lancé un dernier reproche en disant que l'on doit toujours appeler cette journée-là pour rappeler le rendez-vous fixé (!) (quand un client doit téléphoner au commerçant pour rappeler une entente que le commerçant a faite lui-même, ça en dit long sur le sérieux de son organisation).

Le dimanche 15 juin, c'est le jour du déménagement. Une bonne quantité de choses n'ont pas été empaquetées parce que notre temps a été gaspillé pour M. Alepins, ce qui nous a coûté plus cher en frais de déménagement. De plus, nous ne pouvions mettre que le strict nécessaire dans les 2 plus grandes pièces parce que les tapis devaient y être posés, ce qui rend le logement presque invivable tellement nous étions entassés. Un vrai cauchemar.

Finalement, le 17 juin, quelqu'un est venu. Mais ce n'était pas les 2 hommes costauds promis, mais un petit jeune inexpérimenté qui commençait son emploi!!!!! Quand il a vu que les pièces avaient des meubles et des boîtes, il a simplement rebroussé chemin en disant qu'il ne travaillera sûrement pas dans ces conditions!!! Conditions soit dit en passant que M. Alepins a lui-même provoquées. On a été victime d'un deuxième coup de cochon par-dessus le premier!

Moi et ma mère sommes rendus chez J. M. Vallières pour demander des explications. Et bien, imaginez que M. Alepins nous a encore fait des reproches en disant que les « meubles étaient anormaux »!!!

TROP, C'EST TROP! Ma mère a fondu en larme en criant tandis que je cognais sur le comptoir et exigeais un remboursement immédiat. Comme si ce n'était pas suffisant, il a continué en affirmant que « le jeunot n'avait que 21 ans et ne pouvait déplacer les meubles » tout en se foutant d'avoir fait la promesse de faire venir 2 hommes. Ma vieille mère est là sur le point de faire une syncope et c'est tout ce qu'il trouve à dire! C'est totalement dégueulasse! Ce n'est qu'après de longues minutes d'attente et de vaines tentatives de se trouver des excuses à tout prix que l'on a reçu un chèque de 400 $, non sans nous insulter une dernière fois en disant, tenez-vous bien : « Es-tu content, là? ».

Nous avons quitté le commerce, en soutenant ma mère qui avait peine à marcher jusqu'à la porte. Cela a pris plus d'un mois avant que la santé de ma vieille mère se rétablisse, et encore aujourd'hui, elle en garde des séquelles. Notre famille a finalement choisi nos tapis chez Home Depot et ils ont fait l'installation sans problèmes et presque au même prix. Mais parce que nous avons fait les commandes quelques jours à peine avant le grand jour du déménagement québécois (le 1er juillet) nous avons dû attendre plus d'un mois avant que les tapis soient posés et que le logement soit habitable. Tout ça grâce à Guy Alepins et à sa façon dégueulasse de traiter ses clients. Nous avons parlé de notre expérience au journal local, La Voix Populaire, pour que la population du quartier sache la vérité sur J. M. Vallières. Même si l'éditeur a trouvé notre histoire intéressante, il ne pouvait pas la publier, car je n'avais pas de preuve concrète à lui présenter. C'est d'ailleurs pour cette raison que cette page Web existe : pour que la vérité se sache.

Maintenant, la question se pose : comment expliquer qu'un commerce aussi réputé que J. M. Vallières, et son propriétaire, Guy Alepins, a pu descendre aussi bas dans sa façon de traiter sa clientèle? Comment se fait 'il qu'un tel commerce a pu tenir 42 ans avec un tel propriétaire? Sa notoriété est telle exagérée? Une chose est certaine : cette façon de traiter sa clientèle ne date pas d'hier. Après notre mésaventure avec J M Vallières, mon père nous a rendu une visite (il a divorcé) et tel ne fut pas ma surprise d'apprendre qu'il a déjà travaillé pour M. Alepins il y a une dizaine d'années et que déjà ce cher monsieur se moquait de la majorité de sa clientèle au moins depuis cette période. Il y a de quoi se poser des questions.

Alors, qu'est-ce qui se passe avec M. Alepins? C'est difficile à dire, mais je crois sincèrement qu'il agit de la même façon que ce que font bien des politiciens, avocats, ou célébrités quand ils donnent une image de bonne réputation : ils s'en servent pour abuser sur les autres. Ils se sentent protégés par leurs réputations et n'hésitent pas à s'en servir quand bon leur semble. Après tout, si quelqu'un se sent lésé et se plaint, ils s'en foutront carrément et se disent que leurs réputations leur amèneront d'autres clients, n'est-ce pas? Et si certaines personnes osent se plaindre publiquement, leurs réputations auront plus de poids que les quelques voix qui s'élèveront, non?
Récemment, M. Alepins a reçu une plaque honorifique pour son service comme président de l'association des commerçants du boulevard Monk. Quand vous êtes tant estimé et que vous avez cette situation de pouvoir, ça devient trop tentant de s'en servir pour abuser de sa clientèle, n'est-ce pas? D'après ce que nous avons vécu avec Guy Alepins, il semble bien qu'il n'ait pas pu y résister.

Aujourd'hui, une campagne de désinformation par Guy Alepins est en route dans une tentative de refaire une réputation à son commerce. Il se cache derrière un prête-nom, une femme au nom de Isabelle Laliberté. Elle se dit la nouvelle propriétaire du commerce, sauf qu'une vérification dans le registre des entreprises du Québec démontre que le commerce est toujours enregistré au nom de Guy Alepins. De plus, il a un toujours un bureau a cet endroit. Mme Laliberté m'a affirmé, sans rire, qu'elle lui prête un bureau dans « son » commerce, mais que son travail n'a rien à voir avec JM Vallières! Dommage pour elle, mais la cerise sur le sunday est ce que j'ai vu et entendu le 5 juillet 2008 (avec un témoin) dans le commerce d'antiquité situé juste à côté de JM Vallières. Guy Alepins s'y trouvait avec un client, discutant sur la quantité de carreaux de céramique à commander pour une salle de bain!

Non, franchement, si les gens qui travaillent chez J. M. Vallières sont capable d'agir de la sorte en nous prenant pour des idiots, il est certains que personne n'a intérêt à y acheter quoi que ce soit sans y prendre de gros risques.

2.5 star rating
Jue February 10, 2009
Ce n'est plus le même proprio

Je veux tout simplement informer les gens que le commentaire ci-dessous est basé sur une situation qui est arrivé en 2003 et le propriétaire n'est plus le même depuis quelques années c'est maintenant Mme Isabelle Laliberté et je tiens à vous dire que c'est une femme très professionelle et efficace. Alors faire votre tour...vous ne serez pas déçu! :)

Other Reviews from the web
French
2.5 star rating
October 17, 2009

Si vous visitez cette page, il est fort probable que vous voulez vous en savoir plus sur le commerce de décoration intérieure et accessoire J. M. Vallières, situé sur le boulevard Monk à Montréal. Dans ce cas, lisez attentivement ce qui suit, car cela vous évitera bien des soucis ou même, comme dans mon cas, de vivre un véritable cauchemar en choisissant ce commerce. Tout a commencé au début... more

Brought to you by monavis

All Rights Reserved © 2008-2019 Weblocal.ca